AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
[ NC - 18 ! ] Quand Tu Vires à L'obsession...{suite}



 

Partagez | 

[ NC - 18 ! ] Quand Tu Vires à L'obsession...{suite}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
♕Invité
avatar

Jeu 7 Juin - 17:03

J'avais donc quitté la plage, et pris la route qui menait à mon appart. J'avais du mal à me calmer. Mouillée de la tête au pied, il n'y avait plus vraiment uniquement que Yoon qui pouvait en profiter... Il avait le don de me mettre dans des situations tellement embarrassantes ! Il avait aussi le don de me faire perdre mes moyens très vite. Les bras serrés sur mon corps, d'une part j'essayais de me réchauffer, d'autre part j'essayais aussi de me protéger des regards gênant. Je marchais assez vite, pressée d'être déjà dans mon immeuble. Yoon Baek... Je prenais soin de ne pas être trop près de lui, sinon ça pourrait virer à la catastrophe pour lui comme pour moi. En plus je trouvais que j'avais été suffisamment méchante jusque là. Je regrettais pas mal mes mots... Je les avais pensé trop vite et dit trop vite aussi....

J'arrivais enfin chez moi. Devant la porte de mon appartement, je sortis mes clés et j'ouvris la porte. Silencieuse. Ouf... J'avais pensé à le ranger la veille... Je retirait mes chaussures, et laissait aussi Yoon entrer. Je posais mon sac sur la table du salon, et j'invitais Yoon à me suivre. J'allais vers la salle de bain. Et lorsque je lui tendit une serviette, j'ouvris enfin la bouche :

« Tiens… »

Oui sinon j'allais encore me sentir super coupable. Mon ton de voix avait diminué, je lui parlais plus gentillement, mais comme si je regrettais quelque chose. Moi je savais quoi. Mais lui, il ne le saura pas... Fin pas tout de suite. Je pris moi aussi une serviette et puis j'allais dans ma chambre. Je fermais la porte, la verrouillait et retira mon T shirt. Ok, j'avoue, il voyait déjà tout, mais c'était par principe. Ma chambre jusqu'à nouvel ordre était mon coin privé et personne ne pouvait y entrer à part ma meilleure amie. C'est tout. En plus ce n'était pas juste mon T shirt qui était mouillé. Du coup je me changeait. Je mettais un nouveau short, un nouveau T Shirt. Et la serviette sur ma tête je partis à la conquête d'un T shirt. Je savais que j'en avais un super grand. Je le trouvais et l'en extirpa de mon placard. Une fois fait, je sortis de ma chambre. Je rejoignis Yoon et lui tendis le T - shrit, brisant une nouvelle fois le silence, la serviette sur ma tête :

« Tiens… Attrapes pas froid… Désolée, c'est tout ce que j'ai et encore je doute que ce soit ta taille.... Fin bon... »

Me séchant les cheveux doucement, évitant ainsi son regard, je m'assis dans le canapé, me replongeant dans le silence.


Dernière édition par Kim Na Jun le Mar 12 Juin - 21:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lee Yoon Baek
avatar
Age du personnage : 25
Messages : 124

Jeu 7 Juin - 18:37

Comment en étions-nous arrivés là au fait ? Comme d’habitude à cause d’une pulsion de ma part et du fait qu’elle me faisait trop vite perdre mon sang froid, cette fille était vraiment dangereuse quand elle s’y mettait. Puis en plus, elle m’avait sorti tellement de phrases qui pouvaient être blessantes que je me demandais encore comment je faisais pour garder mon sang froid et la suivre en silence là. J’étais même vachement pensif sur le pourquoi du comment je réagissais comme ça au lieu de tout simplement choisir la solution de facilité et abandonner mais non, je ne le pouvais pas, ça me ferait une défaite et il en était absolument hors de question. En plus je voyais bien qu’elle m’évitait en se tenant le plus loin possible donc autant ne pas tenter un rapprochement aussi minime soit-il, je n’avais fait que creuser la distance entre nous. Et j’attendais maintenant qu’elle ouvre la porte de son appartement en me demandant à quoi il ressemblait parce que c’était la première fois que j’entrais chez elle, elle qui restait toujours très mystérieuse à mon goût. Mais entrer chez elle valait deux milles fois mieux que d’avoir son numéro de téléphone à bien y réfléchir, c’était juste ça de gagné pour moi. En entrant chez elle, je me perdais dans mes pensées et en fait, c’était plus que ça, j’étais complètement choqué par le fait d’avoir ce droit, je retirais mes chaussures d’un air absent pour les laisser à l’entrée alors que j’étais en train de penser que malgré ça je restais quand même mouillé et que donc, son appartement allait l’être aussi. Il faudrait donc que je l’aide à faire le ménage une fois sec mais elle me sorti de mes pensées en me parlant et en me tendant une serviette que je pris aussitôt en lui soufflant « merci. » Je me séchais donc les cheveux avant de finalement retirer mon t-shirt trempé pour faire de même avec mon torse pendant qu’elle était partie se changer certainement et j’en profitais aussi pour regarder la décoration de l’appartement.

C’était joli chez elle, il n’y avait pas à dire, en fait ça lui ressemblait bien et… Non, il ne fallait pas que je m’égare autant ni que je sois trop curieux, donc je restais là, planté comme un piquet en me retenant d’aller explorer son appartement alors qu’elle faisait à nouveau son apparition, sèche et changée. Je m’arrêtais encore sur elle et son apparence alors qu’elle me tendait un t-shirt et je le regardais avant de sourire. « Merci mais je ne crois pas qu’il sera à ma taille malgré le fait que je ne sois pas épais comme tu peux le constater totalement maintenant. » Et hop, un petit sourire timide parce que je n’aimais pas trop le fait qu’elle puisse me juger encore plus négativement maintenant. Enfin, elle avait eu moins la gentillesse de me donner un t-shirt en me disant que je ne devais pas attraper froid et c’était juste une douce attention de sa part. « Par contre, si tu as de quoi étendre mes vêtements pendant que je prenne une douche, si j’ai le droit, ce serait bien gentil parce que le sel ce n’est vraiment pas agréable. »

Oui, j’avais vraiment besoin de prendre une bonne douche et en attendant, mes vêtements sécheraient un peu et ensuite, je resterai dans la salle de bain en patientant le temps qu’il faudrait pour pouvoir me rhabiller entièrement et la laisser tranquille chez elle. Mais maintenant, il fallait qu’elle me donne encore le droit d’utiliser sa salle de bain et je croisais les doigts pour ça. Pendant ce moment où je restais là à me demander quand la réponse allait arrivée, je venais de jeter un nouveau coup d’œil à la pièce pour finalement me concentrer à nouveau sur elle puis de lui faire un sourire, enfin il était à nouveau gêné et timide mais je ne savais pas pourquoi je réagissais ainsi.

(¯`•._.• •._.•´¯)(¯`•¸•´¯) ❤`•.¸¸.•´´¯`••.¸¸.•´¯`•.•●•۰• ••.•´¯`•.•• ••.•´¯`•.••

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♕Invité
avatar

Jeu 7 Juin - 19:53

Si je ne disais plus rien, c’était pour éviter que je ne lui envoie encore des mots peu agréables alors qu’il ne les méritait pas. J’avais encore les mots « horrible », « démon » etc. en écho dans ma tête. Cela me culpabilisait trop. Certes c’était un petit libertin qui avait trop l’habitude de changer de copine comme de chemise. Mais je ne sais pas… Devait y avoir un truc chez lui qui faisait que c’était quelqu’un d’assez spécial à mes yeux. Je n’aurai donc jamais pensé pouvoir dire de telles paroles, alors que je savais pertinemment qu’à mes yeux il n’était pas du tout un démon ou quelque chose dans le genre. La peur de me faire jeter par la suite devait en être responsable. Il me mettait aussi dans cet état, parce que je n’arrivais jamais à déceler le vrai du faux. C’était aussi pour ça que je n’aimais pas du tout les dragueurs. Il y avait du vrai et du faux en même temps dans leur propos et c’en était que plus troublant.

Ne voulant pas en plus avoir un homme malade sur la conscience, j’avais tenté de lui donner le plus grand T-shirt que j’avais… Tout en sachant qu’il risquait de ne pas lui aller en fait. D’ailleurs c’est ce qu’il me dit :

« Merci mais je ne crois pas qu’il sera à ma taille malgré le fait que je ne sois pas épais comme tu peux le constater totalement maintenant. »

Il était certes tout de même bien plus grand que moi. Et puis bien musclé aussi. Je ne le jugeais justement pas négativement. C’est moi qui me sentais mal. En fait, je me demandais pourquoi je m’étais donné la peine de lui donner un T-shirt. J’aurais dû me douter quand même qu’il risquait d’être trop petit ce vêtement. Je me sentais idiote. Et c’était encore un peu de sa faute. Je veux dire, c’est lui qui me mettait dans un état pas du tout normal et cohérent. Il me demanda s’il pouvait prendre une douche et si j’avais de quoi étendre ses vêtements. Je me levais de mon canapé, un peu timide aussi, la serviette mise autour du cou.

« Euh bah oui bien sûr tu peux prendre une douche… Et pour les vêtements… Y’a de quoi les étendre dans la salle de bain… »

Je ne savais pas quoi dire d’autre. Alors je le laissais aller prendre sa douche. Pendant ce temps, je m’étais remise sur le canapé, les jambes repliées, les pieds sur le canapé. Et puis je commençais à me dire que peut être je devais m’excuser. Retirer un peu ce que je lui avais dit plus tôt. M’avouer vaincue ? Je le sentais un peu de cette façon. Mais je refusais aussi l’idée qu’il pense que je le détestais. Je me mis donc à chercher mes mots. Mais je n’étais jamais satisfaite. Faisant les cents pas dans mon salon, je cherchais. Puis j’entendis Yoon sortir de la salle de bain. Je m’arrêtais alors de faire le tour de mon salon et m’avançant un peu vers lui, le regard un peu fuyant :

« Hum… Pour…Tout à l’heure… J’suis désolée… Je ne le pensais pas…. » Mes doigts jouaient plus avec ma serviette qu’autre chose d’ailleurs. Et pour la première fois, je ne retenais pas du tout mon palpitant qui se mit à un peu battre la chamade. J’avais pas du tout envie qu’il parte non plus, alors je trouvais un truc pour le retenir un peu plus.

« Euhm… T’veux boire quelque chose… Euhm… Je n’ai pas grand-chose… L’ice tea ça te va ? »
Revenir en haut Aller en bas
Lee Yoon Baek
avatar
Age du personnage : 25
Messages : 124

Ven 8 Juin - 16:01

Elle venait de m’autoriser à prendre une douche et ça me valu et sourire parce que j’en avais vraiment besoin et donc, je venais de la remercier avant de lui demander où était la salle de bain pour pouvoir y aller. Mes vêtements aussi étaient salés et ça allait vraiment être désagréables ensuite mais je ne pouvais pas non plus abuser en lui demandant si elle avait de quoi les laver, ils resteraient donc ainsi et je ferais ça une fois de retour dans ma chambre universitaire. Je venais donc de pénétrer dans la salle de bain et je fermais la porte derrière moi, même si elle ne viendrait pas parce qu’elle n’était pas aussi folle, ce n’était qu’une habitude de ma part puis je me déshabillais ensuite pour mettre mes vêtements à sécher avant d’entrer sous l’eau que j’avais réglé avant. En sentant l’eau chaude, je pensais juste que ça me faisait du bien et qu’au moins, je n’allais pas attraper mal en régulant la température de mon corps parce que j’avais toujours froid au départ mais je ne devais pas trop trainer sous la douche, c’était elle qui payait après tout.

C’est pour cela que dix minutes plus tard, j’étais de nouveau en train de me sécher avec une serviette que je m’étais permis de prendre pour ne pas me retrouver encore direct avec du sel sur le corps en utilisant celle qu’elle m’avait prêté avant. Je me demandais bien ce qu’elle pouvait faire pendant ce temps par simple curiosité. Mais pour le savoir, il valait certainement mieux que je quitte la salle de bain mais d’abord, je vérifiais si mes vêtements avaient séché…. Tu rêves encore mon pauvre Yoon, ça ne sèche pas aussi rapidement. Bon, un petit passage par le miroir pour me donner un air assez potable en coiffant mes cheveux avec la main avant de bien nouer la serviette autours de ma taille car elle constituait mon seul vêtement le temps que ceux que je portais il y a moins d’une heure soient secs et totalement secs. Et je sortais donc de la salle de bain comme ça, sans gêne parce que là, il ne fallait pas tellement en avoir et je la vis qui avançait vers moi le regard fuyant avant de présenter ses excuses. Ce qu’elle pouvait être adorable quand elle le voulait, ça me faisait sourire un peu bêtement.

« Ce n’est rien tu sais, je crois que je supporte parce que ça vient de toi, sinon je serais en colère depuis longtemps. »

Elle avait de drôles de manières là, enfin je veux dire que la voir maltraiter autant sa serviette c’était bizarre, comme si elle était gênée mais ça ne l’empêchait pas d’essayer d’être un peu plus gentille. D’ailleurs, elle venait même de me proposer quelque chose que je ne pouvais vraiment pas refuser, l’Ice Tea, c’était juste ma boisson préférée, d’ailleurs c’était étonnant mais je n’avais pas encore eu mon quota pour la journée donc heureusement qu’elle était là. « Tu as de l’Ice Tea ? Tu sais que je ne bois que ça à longueur de journée quand je peux ? Enfin le plus possible donc bon, je ne peux pas refuser, impossible. » Et hop, elle gagnait un point très important alors que ni elle ni moi n’avions dû nous en apercevoir. Mon esprit était tellement obnubilé par la boisson que je considérais presque comme sacrée que j’en oubliais ma tenue ou plutôt le peu de tenue que je pouvais avoir en ce moment même.

Puis sans même réfléchir, je prenais la demoiselle dans mes bras pour la remercier et surtout parce que j’en avais eu envie tout aussi soudainement que j’avais exécuté mon geste. En fait, si je m’écoutais encore plus j’allais l’embrasser là de suite en profitant vraiment de l’éventuel effet de surprise qu’elle pouvait avoir mais c’était mal et donc je me retenais de le faire malgré la tentation. Par contre, ce que je ne pouvais pas éviter c’était les battements de mon cœur, toujours les mêmes en sa présence mais elle ne pouvait jamais le savoir parce que je les ignorais involontairement aussi en général mais avec cette proximités, ils étaient encore pire et là franchement, ça faisait mal à la poitrine. Dans un sens parce que c’était mon cerveau qui le ressentait ainsi alors qu’en fait mon corps ne souffrait pas vraiment, bien au contraire mais je l’avais déjà lâchée parce que la situation était gênante là.

« Excuse-moi…. »

Et voilà la seule phrase bête que j’avais pu sortir pour justifier mon geste car après tout, il n’en existait pas vraiment compte tenu du fait que si je le pouvais, je lui sauterai maintenant dessus mais ma conscience me disait de ne pas le faire. Je l’avais fuit des yeux pendant de longues secondes avant de finalement les reposer sur elle sérieusement puis j’ouvrais la bouche pour parler mais aucun son n’était sorti durant les premiers temps. « En fait non, c’est juste un câlin ça donc je ne devrais pas te présenter mes excuses, je le fais parce que je suis nu aux trois quarts mais sinon, j’ai même envie de t’embrasser et j’en passe sauf que je ne le ferais pas sans ton accord. » Je soupire après ma phrase et je reprends un peu mon souffle en même temps histoire de pouvoir enchainer sur la suite, car oui, il y a une suite à ce que je suis en train de dire. « Je sais que tu vas râler mais dis-toi que si ça aurait été une autre à ta place, ça ferait longtemps que j’aurais conclu l’affaire et que je serais parti. Sauf que tu n’es pas toutes les autres, je n’arrive à te voir comme une simple fille avec qui je vais passer un bon moment puis stop, je ne sais pas pourquoi. À la limite, je donnerai même tout ce qu’on me demanderait si on m’assurerait que j’aurais un baiser de ta part, juste ça me suffirait amplement. Enfin non… Parce qu’il se peut que j’en demande d’autres mais ça, je n’aurais pas dû te le dire. Et je déballe tout ce que je pense sans même réfléchir, ça ne me va pas du tout. » Je ne me souvenais même plus de ce que j’avais dit là, j’en devenais grave, trop pour moi alors je préférais m’éloigner avant de m’enfoncer un peu plus et qu’elle finisse par me jeter dehors tel quel, c’est-à-dire sans vêtements.

(¯`•._.• •._.•´¯)(¯`•¸•´¯) ❤`•.¸¸.•´´¯`••.¸¸.•´¯`•.•●•۰• ••.•´¯`•.•• ••.•´¯`•.••

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♕Invité
avatar

Ven 8 Juin - 18:44

Quand il sortit de la salle de bain, je sentis mon cœur faire un bon dans ma poitrine. Nan mais j’allais mourir là ! A moitié nu dans mon appartement ! Mais il voulait vraiment me tuer ! Je parvins heureusement à me contrôler, à ne pas rougir bêtement en le voyant, et le regard un peu fuyant j’étais parvenue à lui dire des excuses. Mais là j’avais le cœur qui battait super fort… Ou plutôt mes tympans battaient vachement fort. Et moi je laissais mes mains jouer comme elles le voulaient avec ma serviette. J’étais gênée. Embarrassée. Je ne savais plus où me mettre, ni où regarder. Son torse ? Les murs ? Son torse ? Le plafond ? Mes pieds ? Son torse ? Ah ! Mais il fallait que j’arrête ! Je m’étais dirigée dans la cuisine et le frigo, évitant ainsi de perdre mon regard un peu trop longtemps sur son corps qu’il osait montrer comme ça devant mon nez. J’avais juste jeté quelques regards rapides mais j’évitais toujours de le fixer. La gêne faisait parfois bien les choses.

Il accepta mes excuses. Et apparemment j’étais une… Privilégiée ? Je me pinçais légèrement la lèvre. J’étais vraiment si… Spéciale à ses yeux ? Ou bien c’était des mots qu’il me disait comme ça dans le vent. Je ne lui répondis pas, me contentant de me dire qu’il avait accepté mes excuses. Je lui proposais alors ma boisson préférée. Coup du sort ou pas, il me répondit :

« Tu as de l’Ice Tea ? Tu sais que je ne bois que ça à longueur de journée quand je peux ? Enfin le plus possible donc bon, je ne peux pas refuser, impossible. »

Je devais forcément rêver là. Je clignais un peu des yeux, surprise. Il aimait… L’Ice Tea ? A ce point ? Comme moi ? Autant que moi ? Il en mourrait s’il n’en avait plus dans son frigo ? J’hallucinais. Il disait ça pour me faire plaisir ? Non… Rien que sur son visage ça se voyait que c’était honnête et sincère. Il fallait que j’arrête d’être si paranoïaque. Du coup je ne me retins pas du tout à exprimer ma surprise.

« Hein ? Tu… Es fan de l’Ice Tea aussi ? Nan mais tu sais, cherche pas, j’ai que ça dans mon frigo moi ! »

Et pour le lui prouver, j’avais ouvert mon frigo justement et je lui tendis une mini bouteille d’Ice Tea bien frais. Mon visage s’était illuminé par un sourire amusé :

« Franchement c’est une coïncidence surprenante quand même… J’en crois- »

Je fus interrompue dans ma phrase. Il venait de me prendre dans ses bras. Mon cœur fit un bon dans ma poitrine. Son odeur, son contact, tout ça je le sentais. Même son cœur qui battait presque aussi vite que le mien. J’en rougis pour la première fois. J’hésitais à poser mes mains sur son dos d’ailleurs. Figée sous la surprise du geste, j’attendis patiemment qu’il me lâche. Je ne savais plus quoi penser. J’étais quoi vraiment pour lui ? Il… Me voulait vraiment ? Ou… Comme les autres ? De nouveau mes doutes et ma paranoïa vis-à-vis de lui m’envahirent. J’étais à la fois embarrassée, inquiète, et toute happy d’être dans ses bras. C’était un mélange bizarre. Il me lâcha et s’excusa. Je restais là figée encore, reculant d’un demi pas. Je ne savais pas quoi lui dire, ni quoi lui répondre. « Non c’est pas grave » aurait été bienvenu bien sûr, mais plus rien ne répondait à mon cerveau. Et je le laissais donc parler.

« En fait non, c’est juste un câlin ça donc je ne devrais pas te présenter mes excuses, je le fais parce que je suis nu aux trois quarts mais sinon, j’ai même envie de t’embrasser et j’en passe sauf que je ne le ferais pas sans ton accord. »

Hein ? C’est juste…A cause de la situation qu’il a fait ça ? Qu’il se taise, ça m’embrouillait encore plus. Il attendait que je lui réponde là ? Mais je ne sais pas du tout quoi lui dire là. Ma respiration devenait un peu difficile car mon palpitant ne voulait apparemment pas se calmer. Je me pinçais la lèvre. Il me voulait à ce point ou bien… Mon silence lui avait permis de continuer.

« Je sais que tu vas râler mais dis-toi que si ça aurait été une autre à ta place, ça ferait longtemps que j’aurais conclu l’affaire et que je serais parti. Sauf que tu n’es pas toutes les autres, je n’arrive à te voir comme une simple fille avec qui je vais passer un bon moment puis stop, je ne sais pas pourquoi. À la limite, je donnerai même tout ce qu’on me demanderait si on m’assurerait que j’aurais un baiser de ta part, juste ça me suffirait amplement. Enfin non… Parce qu’il se peut que j’en demande d’autres mais ça, je n’aurais pas dû te le dire. Et je déballe tout ce que je pense sans même réfléchir, ça ne me va pas du tout. »

Là j’en étais vraiment sur le cul. Je dus même prendre appui sur le plan de travail derrière moi. Alors, il ne me jettera pas comme une vieille chaussette ? Il voulait être avec moi, se plier en quatre juste pour moi ? Je n’étais pas comme les autres ? Je ne savais pas quoi penser. Râler ? Pourquoi râler ? Je venais d’entendre quelque chose qui venait d’enlever une crainte énorme que je portais depuis trop de temps déjà. Je déglutis. Il fallait que je dise quelque chose. Allez Na Jun dis quelque chose. Déjà mon regard lui aussi ne voulait pas que je le regarde. Je le vis reculer. J’inspirais à fond et parvins enfin à articuler quelque chose. Mais je ne réfléchissais pas du tout à ce que je disais. Je regardais d’ailleurs un peu dans le vague, encore un peu surprise par ce qu’il venait de me dire.

« Tu sais… J’ai toujours voulu que tu me serres dans tes bras, toujours voulu que tu sois près de moi, toujours voulu qu’on soit ensemble… Mais j’avais peur. Fin j’ai peur… J’ai pas envie que tu me jettes. J’ai pas envie que tu partes pour une autre juste après, j’ai pas envie que tu m’oublies… » Et voilà. J'étais, sans m'en rendre compte, en train de lui déballer tous mes sentiments... « …. Si j’ai toujours été si dure avec toi, c’est que j’avais peur que tu me dises les mots que j’ai toujours voulu entendre sans que tu ne les penses. Encore à l’instant j’ai cru que tu… parlais en l’air juste pour me plaire. » Nouvelle pause. Je soupirais un grand coup. « … Je n’aime pas quand tu tournes autour d’autres filles que moi. Je n’aime pas quand tu regardes d’autres filles que moi, je n’aime pas quand tu demandes leur numéros. J’ai envie d’être la seule dans ton champ de vision. En fait, je crois que je n’aurai jamais été si… difficile, si tu n’avais dragué que moi, demandé uniquement mon numéro, et pris uniquement ma main et m’avoir pris juste moi et rien que moi dans tes bras… »

Je lâchais un rire léger, me décollais du plan de travail et passant ma main sur mon visage, reprenant un peu mes esprits, j’avançais vers lui sans vraiment m’en rendre compte. « Pfff…Pourquoi je dis tout ça moi… C’est ta faute… Tu me rends dingue… Dès que t’es là, faut toujours que je perde mes moyens de n’importe quelle façon… » Et finalement, je crois bien que s'il m'embrassait là sur le champ, bah je ne lui en collerais même pas une seule, parce que c'est aussi une des choses que j'avais envie de faire...
Revenir en haut Aller en bas
Lee Yoon Baek
avatar
Age du personnage : 25
Messages : 124

Ven 8 Juin - 21:46

Voilà que je venais de tout déballer comme ça, d’un coup mais franchement, comment j’avais fait… Je m’étais emporté, oui voilà c’est ça, maintenant elle allait trouver quelque chose pour me remballer bien comme il le fallait et j’allais à tous les coups me sentir mal mais tant pis, je me préparais mentalement au carnage même si j’exagérais peut-être beaucoup. Puis bon, je me demandais encore ce qui me prenait en sa présence et pourquoi j’avais avoué être totalement accro à elle… Parce que dans le fond, aussi difficile était la chose à avouer, je le suis entièrement et je crois que finalement je l’assume même plutôt bien. Puis ma surprise je l’avais avec ses paroles et en fait, j’étais même de plus en plus abasourdi par celles-ci vu la révélation qu’elle était en train de me faire et je pensais vraiment que c’était impossible et que mon cerveau me jouait un bien mauvais tour là. En fait non, elle était bien sérieuse dans ses mots et mon cœur s’emballait de plus en plus, la situation dans laquelle je me mettais… Pire qu’horrible dans le sens ou maintenant je voulais juste la prendre de nouveau dans mes bras et plus mais non, il fallait que je me tienne encore un peu parce qu’elle n’avait pas vraiment eu l’air dans son assiette au départ. Mais finalement, toute cette déclaration qu’elle était en train de me faire, elle avait l’air de le sortir de fond de son cœur et c’était ce qui faisait bizarrement plaisir et qui me donnait l’impression d’être vraiment heureux, comme si toutes les fois où j’avais eu ce sentiment avant ne comptaient pas tellement en ce moment c’était multiplié par mille voir plus.

Elle ne se doutait vraiment pas qu’à ce moment là je me faisais encore plus violence pour ne pas lui sauter dessus dans le sens premier du terme et elle continuait à tout déballer comme ça, presque comme si de rien était et qu’elle ne pouvait pas retenir ses mots. Comme moi quelques secondes plus tôt en fait donc je ne pouvais pas vraiment dire quelque chose sur ça ni même la stopper et je n’en avais pas du tout envie. En fait, vu ses paroles je n’avais plus envie de rester là, immobile mais je le faisait quand même, toujours abasourdi par ce qu’elle m’avouait, comme quoi elle voulait être la seule à avoir tous ces privilèges et qu’elle soit aussi la seule à qui je m’intéresse… Mais elle avait le don d’embrouiller mon cerveau, enfin là elle était très claire mais mon cerveau mélangeait les informations maintenant qu’elles lui arrivaient seulement, il fallait bien que tout ça se remette en place maintenant. Et alors qu’elle se rapprochait de moi, je reconstituais le puzzle des évènements et soudainement tout devenait assez clair. « Pardon mais là, je ne peux pas tenir. » Et hop, à peine j’avais dit ses mots que je l’attirais à moi pour poser mes lèvres contre les siennes, enfin non pas exactement je frôlais juste les siennes en douceur avant de l’embrasser tout en douceur pour finir par lui mordiller la lèvre inférieure délicatement avant de me détacher de ses lèvres.

Ce contact était tellement plaisant, différent aussi de ce que j’avais l’habitude de connaitre, même si je pensais savoir beaucoup de choses, ce savoir se résumait à quelques relations sans lendemain et à quelques histoires courtes. Donc pas vraiment d’amour, surtout quand j’avais eu direct ce que je voulais alors qu’elle, c’était le défis et ça faisait longtemps que j’attendais et donc, je m’étais pris à mon propre jeu comme un parfait débutant. Je la regardais puis mes lèvres venaient à nouveau se coller contre les siennes tout doucement, comme si à chaque seconde je pensais qu’elle allait me retirer ce droit, je restais en surface, une simple pression de lèvres et ce serait à elle de me donner le droit ou non d’avoir plus que ça. Sauf que pour le moment, j’avais encore détaché mes lèvres des siennes parce qu’il était peut-être temps que j’aligne un peu de mots que tout à l’heure.

« Le problème avec toi Na Jun… C’est que je désire tout avoir, vraiment tout et sans mentir. Donc ça implique le fait que j’ai envie de ton corps, forcément et ça tu le sais depuis le début mais pas que, ta présence aussi, ton odeur bien ancrée dans mon cerveau. Des moments qu’on qualifie de « moments de couple » et c’est tout ça que je veux avec toi. En gros, je crois que tu as réussi à retourner mon propre jeu contre moi et je trouve ça stupide parce que si tu veux qu’on aille plus loin, on ira et si ensuite tu me vires de ta vie, je serais blessé mais ce serait un juste retour des choses pour moi que de subir ce que j’ai souvent fait subir. Même si, il faut le dire, beaucoup de filles avec qui j’ai couché, faisaient le même truc que moi et ça nous arrangeait un peu, sauf qu’il y en avait toujours pour croire au conte de fée… Enfin, je m’embrouille et tout ça c’est de ta faute. »

Il fallait que je retrouve le fil de mes mots et vite, parce que là j’étais certain de l’effrayer et que la situation allait s’inverser parce qu’après tout, je disais encore tout ce qui me venait et sans réfléchir mais pourquoi j’avais aussi peur de l’effrayer ? Tout simplement parce que je l’étais moi-même, oui tout ce que je ressens pour elle me fait peur et même plus que ça, c’est un sentiment bizarre à ressentir pour moi qui suis réputé pour être un coureur de jupons et comme beaucoup le savent. Je me souviens même avoir entendu mon cousin me le reprocher souvent, de trop jouer avec le cœur des filles et que ça me porterait préjudices. Mais pour le coup, si ça devait arriver comme il me l’avait si souvent souhaité, j’irais le lui dire en premier en utilisant le ton de l’ironie parce que je pouvais quand même trouver le moyen de l’agacer à tous les coups. Enfin, ce ne devait pas être mon occupation première et je reportais finalement une nouvelle fois mon attention sur celle qui était mon aînée de quatre années mais que ça ne m’empêchait pas de désiré éperdument.

« Et pour finir, je dois te dire un truc et à mon souvenir, je ne l’ai encore dit à personne clairement parce que j’en voyais pas l’utilité malgré le fait que de nos jours ce mots n’ait plus autant la même signification. Na Jun, je crois que… Je suis tombé amoureux de toi et de ton sale caractère. »

Oui bon, ce n’était peut-être pas exactement le mot qu’elle voulait entendre mais c’était sincère et pour tout dire j’avais hésité avant de le dire et donc j’avais légèrement changé ma version pour celle-ci parce que je la trouvais moins risquée alors qu’au final la prise de risques était absolument identique. Mais que voulez-vous, on ne peut pas tout déballer d’un coup et j’en avais sérieusement déjà trop dit mais sans même le regretter. Maintenant il ne restait plus qu’à voir comment l’avenir allait faire se dérouler les choses.

(¯`•._.• •._.•´¯)(¯`•¸•´¯) ❤`•.¸¸.•´´¯`••.¸¸.•´¯`•.•●•۰• ••.•´¯`•.•• ••.•´¯`•.••

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♕Invité
avatar

Ven 8 Juin - 23:36

Je ne sais pas vraiment ce qu’il venait de se passer dans ma tête. Il avait dit tous ce qu’il avait dans la poitrine depuis le départ, et ça m’avait poussé à faire de même. Entre cette profonde envie de vider ce que je lui cachais depuis longtemps, et la crainte de faire la plus grosse bêtise du monde, la crainte aussi que tout ce qu’il me disait soit faux… Non il ne me mentait pas. Pour l’avoir vu plusieurs fois draguer des filles, il n’était pas du tout pareil. Ma paranoïa partait, me lâchait enfin. Je voyais plus clair. Et moi je m’étais laissée emportée et laissait mes sentiments parler tout seul. Il m’écoutait tout comme je l’écoutais. Je ne mentais pas. Je n’oserai jamais de toute façon. Surtout pas à lui. Je lui avais déjà causé trop de tort. Même si au fond je pense que j’avais bien fait de le faire du coup. Mon cœur battait très vite, très fort contre mes tempes. Je ne savais même plus que j’étais chez moi, dans la cuisine.

Je finis par m’avancer vers lui, terminant mon discours. Je levais enfin mes yeux vers les siens. Son expression. Un gros battement retentit dans ma tête. Avais-je fait une bêtise ou… Je cessais de penser. Mon cerveau s’était arrêté subitement de mouliner. Tout se mélangeait quand ses lèvres vinrent soudainement frôler les miennes. Surprise je me figeais. Pour finalement, poser timidement mes mains sur sa taille et le laisser m’embrasser. C’était… Juste irréel. Je savais vraiment plus quoi penser là. Ni que dire. J’aurais pu y répondre… Mais là, j’avais juste trop du mal à réaliser ce qu’il faisait. Quand il se détacha de mes lèvres, je plongeais mon regard dans le sien, me mordillant la lèvre inférieure. Ce contact. Je l’avais voulu, je le voulais aussi. Et maintenant ce n’était pas seulement lui, en tant que personne, que j’aimais. C’était aussi ses lèvres. Et puis je réalisais aussi que c’était plus que ça. Mes mains quittèrent sa taille, frôlèrent légèrement en passant son torse, avant de finir derrière sa nuque. Rien que le contact de sa peau me rendait presque folle. J’avais perdu toute notion d’espace et de temps. Ses lèvres revinrent rejoindre les miennes. Mais je crois que j’allais plus loin. Cette fois, il me semble que c’est moi qui vins l’embrasser, approfondissant un peu plus le simple baiser qu’il me donnait, avant de décoller mes lèvres des siennes.

Et après un tel truc, que voulez-vous qu’il m’arrive ? Je me mis à l’aimer encore plus. Oui c’était juste comme ça. Et ce qu’il me dit aussi juste après. Ah ! Il me voulait à ce point-là. Ma respiration se faisait un peu plus dure du coup. Il me veut, tout entière. Moi aussi. Et après ? Qu’on soit un couple. Ça aussi je le voulais aussi. Le virer de ma vie ? Jamais ! Je ne le laisserai à personne d’autre. Possessive à souhait, je savais que je ne pourrais pas le laisser à quelqu’un d’autre. Pas après tout ce temps passé à se courir après. Forcément après tout ça, je l’aimais mille fois plus encore. Ce soir, il ne partira pas de chez moi ! C’était sûr ! Mais avec tout ça, j’avais aussi peur du fait que ce soit encore un rêve et que je me réveille le lendemain en me rendant compte que c’était juste totalement faux. Je le fixais du regard. Les yeux brillants. J’attendais patiemment qu’il finisse ce qu’il avait à me dire. J’avais peur aussi. De plein de chose. Même qu’il s’en aille. Il était plus jeune que moi ? Et alors ? Ca faisait quoi ? Il était ce que j’ai toujours voulu. Son image toujours accrochée à mon esprit. Sa voix toujours dans ma tête. Et il termina son discours en disant ce que je voulais toujours entendre de sa bouche. J’avais soudainement peur. Je ne voulais pas qu’il me dise ça juste pour me faire plaisir, toucher mon cœur et puis basta. Ceci était mixé avec la joie que cela me procurait, car je sentais qu’il ne me mentait pas en fait. Tout ce que je trouvais à lui répondre fut de l’embrasser. Doucement. Avec tendresse. Après ? Je me détachais de ses lèvres.

Je me dis que je devais répondre à tout ce beau discours. Lui dire aussi le fond des choses. « T’es déjà dans ma tête toute la journée. Tout le temps. Y’a que toi tu sais à rester dans mon cerveau. Pourtant ce n’est pas faute d’avoir essayé de t’en déloger. Mais ton image, ta voix, tout ce qui te concerne n’a jamais voulu sortir de ma boite crânienne. Tu me hantes tout le temps. Yoonie, je te veux aussi pour moi toute seule. Je suis possessive je sais, mais tu me rends comme ça. J’ai trop peur que tu sois loin de moi. T’es un coureur de jupon, un beau parleur, mais moi aussi je t’aime, tu vois. J’mourrai si je te vois avec une autre, ou si je ne meurs pas, je crois que je ne serai pas heureuse. Et tu es le premier à le savoir ça. Et le premier pour qui je ressens tout ça. »

Je ne le quittais pas des yeux. Mes doigts vinrent effleurer doucement ce visage d’ange si chou que je n’avais jamais osé frapper, tellement il m’était juste précieux. Si je l’avais frappé avant ne serait-ce qu’une fois, je m’en serais vraiment voulu à vie. Je l’aimais trop ce visage je crois. Et là moi j’étais heureuse, légère, mais j’avais peur de voler trop haut, et de me brûler les ailes. Où tout ça nous mènerait ? Je ne savais pas. Je ne voulais pas le savoir. Un sourire se dessina sur mes lèvres. « Je t'aime... Je crois que je pourrais te le répéter à l’infini en plus. Tu es vraiment mais vraiment très important pour moi. » Je me mis un peu sur la pointe des pieds et me serrais tout contre lui, les bras autour de son cou. Fermant les yeux pour savourer l’étreinte et le contact « Je t’abandonnerai jamais. Je ne te lâcherai jamais. Alors, ne m’abandonne pas… Tu es si important à mes yeux. »

Voilà que je devenais lyrique. Décidément, jamais il ne me laissera être moi-même celui-là !
Revenir en haut Aller en bas
♕Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas

[ NC - 18 ! ] Quand Tu Vires à L'obsession...{suite}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mangyo University :: Busan :: Les habitations-