AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Toi ? Ici ? ... Oh my poor sister ♥



 

Partagez | 

Toi ? Ici ? ... Oh my poor sister ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Jung Du Na
avatar
Age du personnage : 25
Matières : Arts : Chant & Photographie
Messages : 198

Ven 3 Aoû - 7:32

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Nerveusement, la main tremblante, je cherche à toute allure des vêtements à mettre de toute urgence. Il y a des jours comme ça, je ne sais pas pourquoi mais l’imprévu est toujours au rendez-vous quand on s’y attend le moins. En effet, je venais tranquillement de me réveiller puis ce fut lorsque je donnais à manger à Hye Mi que le téléphone s’est mis à sonner. M’attendant à devoir raccrocher d’ici deux minutes maximum après avoir expliqué que ma tante était déjà partie travailler, j’ai eu droit à une bien grande surprise. Et qu’elle était imprévue ! Le commissariat de Séoul. Inutile de dire qu’en apprenant cela, j’ai de sitôt paniqué en me demandant ce que j’avais pu faire de mal ou pour quelle raison me suspectait-on. D’accord c’était de la paranoïa mais recevoir un coup de fil des policiers le matin, c’est déstabilisant je l’assure ! Bref, en tentant de me rassurer à l’avance – ce qui n’a fait que me faire angoisser davantage au final – j’ai finalement appris qu’en vérité, une jeune fille s’était présentée comme ma jeune sœur et me cherchait. Ha Na. Qu’est-ce qu’elle peut bien faire à Séoul toute seule ? Je veux dire certes, être aveugle n’est pas un handicap en soi. Mais venir seule dans une ville qu’on ne connaît quand on ne voit rien, j’avoue que quelque chose m’échappe. Bref, depuis que j’ai raccroché c’est opération commando pour arriver le plus vite possible au commissariat récupérer ma frangine.

Tout en m’habillant, je me demande ce qui peut bien amener Ha Na ici. Certes, je comprends qu’elle ait envie de me voir, moi aussi elle me manque beaucoup. Mais je veux dire, pourquoi être venue comme ça ? C’est trop bizarre pour que ce soit juste une simple visite de passage. Mes parents l’auraient accompagnée ou Si Won au moins. D’ailleurs qu’est-ce qu’il lui a pris à celui-là de laisser Ha Na partir toute seule comme ça ? A moins qu’il ne soit pas au courant. Non… elle n’aurait pas fugué quand même ?! Me tapant le visage avec ma main droite, je la laisse ensuite glisser, soucieuse. Appa et Omma doivent être fous d’inquiétude à l’heure qu’il est ! Mon dieu, pourvu qu’ils ne s’inventent pas des scénarios invraisemblables ! Je suis leur fille, je sais donc très bien quel genre d’histoire ils peuvent imaginer – puisque j’ai hérité de cette fâcheuse tendance. Ils croiraient certainement qu’elle a été enlevée et que d’ici quelques heures une rançon leur sera demandée. Bon sang, j’espère qu’elle a laissé au moins un mot pour les rassurer. Je brosse rapidement ma tignasse rose avant de finir d’habiller Hye Mi. Ce qu’il y a de problématique, c’est qu’Ajumma n’est pas là, donc je suis contrainte de l’emmener avec moi.

« Omma, où on va ? » Me demande-t-elle joyeusement alors que je lui passe sa robe Hello Kitty.
« On va chercher Tatie d’accord ? Tu te souviens d’elle ? »
« Oui ! Veux voir Nana ! »

Je rigole doucement au surnom qu’elle a donné à ma sœur. Ha Na étant trop difficile pour à prononcer elle s’est rabattue sur ce nom. Néanmoins, cela ne dure pas longtemps car je suis encore bien trop préoccupée pour le moment. J’espère sincèrement qu’elle va me donner des explications, après tout ce n’est pas son genre de partir comme ça sans rien dire à personne. J’attrape mon sac, enfile mes talons et sors en tenant bien Hye Mi par la main. Promis je songerai bientôt à passer mon permis ! Heureusement que le commissariat n’est pas trop loin, c’est une chance. Egalement pour Ha Na qui devra revenir avec nous je devine. J’espère que je ne la fais pas trop attendre d’ailleurs, rester toute seule dans un commissariat ne doit pas être drôle, encore moins quand on ne peut pas avoir de la lecture pour faire passer le temps. Bizarrement, Hye Mi semble aussi pressée que moi d’aller voir Ha Na, ne bronchant pas parce que je marche vite. Au contraire, elle serait même tentée d’accélérer le pas semblerait-il. A croire qu’elle a compris mon inquiétude. Je courrais presque si ça ne tenait qu’à moi mais je ne veux pas trop fatiguer la petite non plus. Argh ! J’ai de plus en plus du mal à penser correctement sans m’embrouiller.

Enfin, j’esquisse un sourire victorieux en voyant l’enseigne du commissariat où je pourrais enfin retrouver ma petite sœur. Quel âge a-t-elle déjà ? Ah oui, quinze ans. Comme le temps passe vite ! J’ai l’impression de prendre un coup de vieux à travers elle et aussi Hye Mi. Je me sentirais vieille à trente ans avec elles, c’est certain ! Si pas avant d’ailleurs. Bref. Le feu pour piétons est rouge ce qui me fait pester. J’ai même une frayeur en voyant Hye Mi sur le point de passer mais je la rattrape sèchement. Je n’aime pas me montrer brusque avec elle mais là, je préfère l’être plutôt qu’elle m’échappe. Je serre donc fermement sa main dans la mienne en lui lançant un regard réprobateur.

« Hye Mi, tu ne passes pas sans Maman. Strictement interdit, compris ? »

Elle hoche faiblement de la tête, un peu effrayée sans doute. Je n’aime pas non plus jouer les mamans sévères mais comment expliquer à une enfant de quatre ans que si elle passe au rouge, elle risque de se faire écraser ? Je vois mal Hye Mi réellement comprendre ce que je lui dirais. Je n’ai donc pas d’autre choix que de lui dire de rester avec moi, point. Tranquillement, sans un mot, elle reste donc à côté de moi, regardant les voitures passer. Enfin, le feu repasse au vert et cette fois, je m’engage sans hésitation avec ma fille de l’autre côté de la rue. Victoire ! Nous y sommes enfin !

Je rentre timidement à l’intérieur des lieux, cherchant Ha Na du regard. Mais avant que je n’ai pu la retrouver, une policière m’interpelle, derrière son… guichet ? Je ne trouve pas ça très approprié mais bon, je suppose que ce doit être ça. Bref, je m’avance vers elle, toujours accompagnée de ma petite brunette devenue très sage.

« Bonjour ! Je suis Jung Du Na. On m’a dit que ma sœur m’attendait ici. » Je déclare assez nerveusement.
« Ah oui, c’est vous que j’ai eue au téléphone ! Elle vous attend, elle est juste là-bas. »

Je remercie poliment la dame et jette un coup d’œil dans la direction indiquée. Effectivement, je reconnais Ha Na, assise paisiblement, les yeux dans le vague. Je ne sais pas pourquoi mais la voir avec cet air perdu me fend toujours le cœur, même si je sais que c’est à cause de sa cécité et pas forcément parce qu’elle est triste. Un sourire bienveillant sur le visage, j’avance dans sa direction et me poste, accroupie, devant elle.

« Ha Na, je commence doucement, Ha Na, c’est moi, Du Na. Je suis venue te chercher. »

Je suis quand même soulagée de voir qu’elle va bien. Je ne sais pas trop à quoi je m’attendais mais il est sûr que je me sens mieux maintenant qu’elle est devant moi.

(¯`•._.• •._.•´¯)(¯`•¸•´¯) ❤`•.¸¸.•´´¯`••.¸¸.•´¯`•.•●•۰• ••.•´¯`•.•• ••.•´¯`•.••

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jung Ha Na
avatar
Messages : 291

Lun 13 Aoû - 8:30

Il y a des tas de choses qui peuvent effrayer. Les araignées, les serpents, les gens, les orages, l’école. Mais ce qui effrayait Ha Na, c’était le noir. Elle avait toujours craint l’obscurité, alors lorsqu’elle perdit la vue, il lui fut particulièrement difficile de s’adapter. Il lui arrivait toujours d’avoir des crises d’angoisse et de panique face à une situation inédite. Autant dire donc qu’elle n’était pas rassurée le moins du monde lorsqu’elle dut quitter le car en plein cœur de Busan, avec seulement son chat entre les bras. Quelqu’un l’avait aidé à quitter le véhicule avant de la laisser totalement seule, dans l’obscurité dans physique que mentale. Elle ignorait tout de l’endroit où elle se trouvait et n’en savait pas plus sur la façon de retrouver sa sœur. Où était Siwon ? Pourquoi l’avait-il laissée seule, sans aucune arme pour s’en sortir ? Ces questions se jetaient contre sa boîte crânienne, se brisant en un millier de possibilités, autant d’embryon qui réponse donnant naissance à plus encore de scénario. Effrayée, la fillette tournait sur elle-même, à la recherche de quelque chose qui pourrait l’aider. Elle ne pouvait pas se laisser tomber ainsi, au milieu de la gare routière. Elle ne savait pas si ses pieds étaient posés sur un trottoir ou si elle était sur une route. Dans le premier cas, elle risquait de tomber sur la route, dans le second elle pouvait se faire renverser à tout moment. La situation était critique.

Les gens passaient près d’elle sans même la calculer. Le peu d’entre eux qui la voyaient ne prenaient pas le temps de l’aider ou de s’interroger sur son regard perdu dans le vague. Gaya, son chat, restait sagement dans ses bras. Certains s’amusaient à comparer ce chat aux chiens d’aveugle lorsqu’elle était dans sa campagne. Il restait toujours sage avec elle et l’aidait parfois à retrouver le droit chemin dans les lieux connus. Ha Na s’accrochait à elle comme à une bouée de secours. Une heure plus tard, elle était toujours au même point mais sa terreur avait commencé à laisser la place à l’angoisse. Cette appréhension la tenaillait mais elle se sentait à présent capable de bouger. Elle aurait du prendre la canne que son père lui avait fabriquée en partant ce matin-là. A présent, elle devait se déplacer en aveugle, sans aucun point de repère, sans moyen d’éviter les obstacles. Sans réfléchir, elle choisit d’avancer. Elle se disait que quelqu’un l’aiderait à se relever si elle tombait et qu’alors elle pourrait demander de l’aide. Son chat retenu par un bras, elle se servait de l’autre pour balayer l’air devant elle et essayer de toucher les obstacles avant de foncer dessus. Quelle petite fille courageuse elle était ! Tous ses sens valides étaient en alerte.

Conséquence de son extrême prudence, elle n’avait quasiment pas avancé après une heure passée à errer. Les traits de son visage étaient tirés par la fatigue. Elle paraissait alors beaucoup plus vieille qu’elle ne l’était en réalité. Elle passa son autre bras autour de Gaya et se laissa tomber à terre tandis qu’elle trébuchait pour la énième fois sur les abords d’un trottoir. Cette fois, ses larmes se mirent à dégouliner le long de ses joues et elle entonna ce chant déchirant qu’elle la mélodie des sanglots. Perdue, fatiguée, inquiète, elle n’avait plus la force de continuer. Elle ne savait pas où aller, elle ignorait même où elle était. Busan était une grande ville. Elle se rappelait des descriptions de Du Na mais n’était pas capable de plus. Elle pleurait, agenouillée par terre, les traits tirés, le visage Sali par ses larmes. Le seul son rassurant qui lui parvenait était le ronronnement de son chat. Es cheveux devant les yeux, elle pleurait, tout simplement.

Mais au bout de quelques minutes, une vieille dame l’aborda. Elle posa sa main sur son épaule, ce qui fit sursauter Ha Na. Son regard perdu se fixa sur le vide. Elle ne regardait même pas dans la direction de la passante. Gaya feula, la dame s’éloigna un peu. Ha Na ne dit rien, l’aînée se chargea de lui parler. Elle comprit rapidement qu’Ha Na ne la voyait pas et qu’elle était perdue, et Gaya changea de comportement, frottant doucement sa petite tête douce contre le cou de sa maîtresse. Alors seulement Ha Na se décida à émerger. Elle se releva difficilement, aidée par la vieille dame à qui elle demanda de la conduire à la police. La vieille dame se contenta de la mener au poste de surveillance de la gare routière et l’un des gardes qui terminait son service la conduisit au poste de police en voiture. La nuit était déjà bien entamée et Ha Na était épuisée, mais elle ne ferma pas l’œil une seule seconde. Arrivée au poste, elle expliqua aussi bien que possible qu’elle était aveugle et qu’elle devait retrouver sa sœur, Jung Du Na, qui étudiait à Mangyo et habitait chez leur tante. Le temps que les officiers fassent leur travail, elle fut assise dans un coin, et Gaya lui fut enlevée, mise dans une cage spéciale et posée par terre. Le sentiment de sécurité qui s’était emparée d’elle lorsqu’elle avait été récupérée par les gardiens s’était brusquement évaporé et elle semblait encore plus perdue que lorsqu’elle était sur le trottoir de la gare routière.

Elle était en train de s’assoupir lorsqu’elle entendit enfin une voix familière. Du Na, enfin ! Elle plaça son regard face à elle et tendit les mains devant elle. Elle toucha les cheveux de sa sœur et posa ses mains des deux côtés de son visage, cherchant à la reconnaître. Le visage de l’aînée était au niveau de celui de la plus jeune. Ha Na se jeta littéralement sur sa sœur, serrant son cou de ses bras épuisés, pleurant comme une enfant. Elle commença alors à dire tout ce qui lui passait par la tête.

« J’ai eu si peur ! Je ne savais pas où j’étais et j’étais perdue. Et Gaya, ils m’ont enlevé Gaya, elle est où ? »

Ha Na lâcha Du Na et tourna sa tête dans tous les sens. Elle ne cherchait pas à voir mais à entendre. Il y avait toutefois trop de bruits pour qu’elle entende ce qu’elle cherchait.

« Siwon m’a mise dans le bus et m’a laissée toute seule. Je le déteste ! »

Elle passait du coq à l’âne, trop fatiguée pour mettre de l’ordre dans ses idées. Elle finit par se laisser retomber sur le banc qu’elle occupait, épuisée et effrayée. Gaya, elle ne voulait qu’elle. Si bien qu’elle ne remarqua pas la présence de sa nièce. Pourtant, elle l’avait toujours sentie lorsqu’elle la rencontrait. Ce jour-là, elle était trop perturbée pour comprendre quoi que ce soit.

(¯`•._.• •._.•´¯)(¯`•¸•´¯) ❤`•.¸¸.•´´¯`••.¸¸.•´¯`•.•●•۰• ••.•´¯`•.•• ••.•´¯`•.••

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jung Du Na
avatar
Age du personnage : 25
Matières : Arts : Chant & Photographie
Messages : 198

Dim 23 Sep - 16:14

Si on m'avait dit un jour que je retrouverais ma petite sœur dans un commissariat, je ne l'aurais sans doute pas cru, oh que non. C'est à peine si je réalise que j'ai reçu un coup de téléphone pour venir la chercher : j'espère qu'elle n'a rien fait de mal ! Soit, je mentirais si je disais que je craignais le pire venant de Ha Na. Elle a toujours été une jeune fille sage et intelligente, bref, pas le genre de personne qui fait une connerie parce qu'elle en a envie ou pour se rebeller. Non, Ha Na n'est pas ce genre d'individu. Aussi j'espère que la cause n'est que mineure et qu'elle n'a pas été impliquée dans une sombre affaire. Par exemple, cela ne me surprendrait pas trop que quelqu'un ait profité de sa cécité pour son propre compte. Je sais bien qu'elle est un peu naïve – comme moi – alors profiter de sa bonté et de sa jeunesse serait facile pour quelqu'un qui sait y faire. Mais pourquoi est-elle à Busan ? Je veux dire, ce n'est pas tout près de chez nous quand même et je la vois mal s'y rendre toute seule juste pour y faire une promenade. Elle aurait bien trop peur pour cela, je la connais. Et puis elle m'aurait prévenue ! Je serais venue la chercher à la gare ou à l'arrêt de bus quoi. Si Omma et Appa l'apprenaient elle aurait de gros soucis ! J'espère qu'ils ne s'en sont pas rendus compte ! Mais je m'adoucis rapidement en voyant ma pauvre petite sœur assise un peu plus loin et complètement perdue. La pauvre, elle a l'air d'avoir vécu des temps difficiles. Je ne peux donc pas faire l'aînée qui la sermonne, non.

Je m'approche donc doucement d'elle et m’accroupis pour être à sa hauteur, attendrie par cette expression qui me fend toujours un peu le cœur. Je fais preuve de bienveillance dans mes paroles et tente plus de la rassurer qu'autre chose. Nous verrons plus tard en ce qui concerne les raisons de sa venue. Pour le moment, il vaut mieux la mettre en confiance : traîner dans Busan quand on est aveugle ne doit pas être une chose bien amusante, je le lui accorde volontiers. Je l'observe tendre ses petites mains vers moi, toucher mes cheveux puis entourer mon visage. Je ne bouge pas, habituée à ces gestes. Je comprends qu'elle cherche à me reconnaître. J'espère que mes cheveux plus courts ne la déboussoleront pas trop. Je crois néanmoins qu'elle me reconnaît sans mal car elle se jette presque aussitôt dans mes bras, me serrant de toutes ses forces. Elle a dû avoir une belle frayeur ! Je sens ses larmes couler sur son visage et mouiller ma chemise. Je la serre contre moi et lui caresse les cheveux avec tendresse pour la calmer, sous l'air interrogatif de ma fille. Elle n'ose rien dire, ne comprenant pas bien ce qu'il se passe. Je dois avouer que pour une enfant de son âge, ce ne doit pas être évident de voir sa tatie adorée pleurer sans prévenir dans les bras de sa maman. Mais pour le moment, c'est Ha Na qui me préoccupe le plus, aussi je ne fais pas attention quand la petite s'amuse à jouer avec le chat un peu plus loin dans sa cage.

Ma cadette se confie enfin à moi, lâchant tout ce qu'elle a sur le cœur. Effectivement, comme je m'y attendais, elle a eu très peur toute seule. Alors elle était complètement perdue ? Chose assez prévisible également, mais pourquoi n'a-t-elle pas demandé son chemin ? Je ne pense pas que les habitants soient si méchants tout de même ! Sans doute cela a été plus compliqué que je ne le pense mais honnêtement, j'ai peine à croire que personne n'ait eu la présence d'esprit de lui venir en aide. Je l'entends s'inquiéter pour Gaya et je l'imite cherchant où se trouve l'animal. Je souris en voyant que Hye Mi s'en est chargée et, comme si elle avait entendu Ha Na, elle amène de ses petits bras la cage où se trouve le fidèle compagnon de la brune.

« Ajumma ! J'ai trouvé Gaya ! »

Elle dépose la cage aux pieds de Ha Na, toute fière, comme si elle venait d'accomplir un exploit héroïque. Je frotte sa petite tête et lui fais un bisou sur le front pour la remercier. Je ne le dirais jamais assez mais je trouve que Hye Mi est très intelligente pour son âge tout de même. Je comprends que ma sœur s'affole pour son chat : c'est le seul compagnon de route qu'elle avait et il compte beaucoup pour elle depuis toujours. Je lance un regard plein de gratitude à Gaya, comme pour le remercier d'avoir pris soin d'elle pendant tout ce temps. J'écoute la suite des péripéties de cette dernière : WHAAAAT ? Je reste consternée et si Ha Na pouvait me voir, elle verrait que j'en ai la bouche grande ouverte. Je cligne plusieurs fois des yeux. Je suis littéralement sur le cul. Que... Je ne comprends pas. Comment Si Won, notre frère plein d'esprit et sûrement le plus intelligent de nous trois, a-t-il pu envoyer Ha Na dans un bus jusque Busan ?! J'en tombai les fesses au sol, contrairement à la plus jeune qui se rassit sur le banc. Alors là, je m'attendais à tout sauf à ça. Pourquoi ? Pourquoi Si Won a-t-il laissé Ha Na toute seule ? J'ai grand peine à y croire. Je veux dire, ce sont des jumeaux, ils se séparent toujours très difficilement ces deux-là. Je n'imagine pas mon frère entraîner Ha Na dans une galère pareille sans raison. Et ce qui m'inquiète le plus, c'est que ça doit être plutôt grave s'il en est venu à prendre une décision comme celle-là. Je me pince nerveusement la lèvre, ne sachant pas quoi répondre à ma cadette. Honnêtement, je ne sais pas quoi lui dire moi dans cette histoire.

Finalement je m'en tiens à ma décision première et me concentre plutôt sur le fait qu'elle a besoin de moi. J'ouvre la cage où on a placé Gaya et dépose le petit être sur les genoux de ma sœur. Cela la rassurera déjà un peu de retrouver son précieux animal. Je me relève, mains sur les hanches, l'esprit complètement dérouté. Je ne sais pas quoi penser, sinon que quelque chose de terrible a dû se produire. Je décidai ensuite de m'asseoir à côté d'elle, les yeux dans le vague. Et s'il était arrivé quelque chose à Si Won ? Si des cambrioleurs étaient venus à la maison et qu'il avait voulu protéger Ha Na en l'éloignant ? Connaissant bien mon frère je peux aisément deviner que c'est uniquement dans ce type de situation qu'il « chasserait » sa jumelle de la maison. J'espère qu'il va bien et qu'il ne va pas tarder à venir la chercher en nous disant que tout va bien. Je frotte doucement le dos de ma petite sœur pour la réconforter. C'est alors que Hye Mi se manifeste et tire sur le pantalon de sa tante pour se manifester : je lui ai appris comment faire pour attirer son attention et elle n'est en rien choquée du fait que Ha Na ne puisse pas la voir.

« Nana ! Tu viens passer des vacances à la maison ? »

En revanche, le tact ne fait pas encore partie des qualités de ma fille. Néanmoins, elle soulève un point intéressant. Il est évident qu'en attendant d'avoir des nouvelles de la famille, elle va devoir rester vivre avec nous. Je me demande si passer un coup de téléphone depuis le commissariat serait abuser de leur bonté. Je prends Ha Na par les épaules et fais un grand sourire à Hye Mi.

« Oui. Nana va passer quelques jours avec nous, c'est bien non ? »

Il n'en faut pas plus pour que la gamine pousse de grands cris de joie et sautille comme une folle. Elle adore Ha Na et se réjouit à chaque fois qu'elle la voit, en particulier parce qu'elle la trouve super jolie. Il est vrai que si pendant quelques temps elle s'est privée de nourriture, elle est toujours restée très belle et elle s'embellit d'ailleurs de plus en plus au fil du temps. Il faudra que je surveille les garçons moi èwé Je préviens ma cadette que je vais téléphoner à la maison, avant de demander à Hye Mi de lui tenir compagnie. Comme ça, avec sa joie innée, elle pourra la réconforter et l'aider à se remettre de sa mésaventure. Je sors mon portable de mon sac et compose le numéro de la maison. J'espère qu'il y aura au moins quelqu'un pour me répondre. Ma main tremble tandis que j'entends les différents « bip », gardant un œil sur les deux fillettes un peu plus loin.

(¯`•._.• •._.•´¯)(¯`•¸•´¯) ❤`•.¸¸.•´´¯`••.¸¸.•´¯`•.•●•۰• ••.•´¯`•.•• ••.•´¯`•.••

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♕Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas

Toi ? Ici ? ... Oh my poor sister ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mangyo University :: Busan :: Les établissements publics-