AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
feel so hot for honey out of all the girls up in the club



 

Partagez | 

feel so hot for honey out of all the girls up in the club

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Jung Nana
avatar
Age du personnage : 25
Matières : musique/chant, dance & psychologie
Messages : 70

Jeu 13 Sep - 18:16

Accélérant le mouvement circulaire qu‘elle effectuait avec ses hanches, rejetant sa tête en arrière tout en portant les mains à sa poitrine, les glissant le long de ses hanches pour venir les insinuer entre ses jambes, les calant sur ses cuisses. Ses cheveux blonds fouettant l’air avec sensualité tandis qu’elle suait, la jeune japonaise s’humecta délicatement les lèvres tout en rouvrant les yeux afin de croiser le regard passionnée de son reflet. Un baggy dévoilant une partie du sous vêtement de la jeune asiatique, associé à une simple brassière, un ensemble tout à fait différent de ceux qu’elle portait habituellement mais tellement agréable lorsqu’elle venait s’entraîner dans l’une des salles de danse de mangyo. La breakdance (ou break dance, break, b-boying) est un style de danse développé à New York dans les années 1970, caractérisé par son aspect acrobatique et ses figures au sol. Un danseur de breakdance est appelé breaker, breakdancer, B-Boy ou encore B-Girl s'il s'agit d'une femme. Un mélange de break et de hiphop, et le tour était joué. Cette jeune étudiante n’avait pourtant rien d’une danseuse expérimentée bien au contraire, elle ne savait pas danser ou du moins ne possédait aucun rythme.D’ailleurs son style vestimentaire, son attitude, son visage si docile. Rien vraiment rien ne pouvait laisser envisager qu’elle dansait le break et encore moins qu’elle massacrait cette dance, c’est vrai nana avait de grande difficulté en danse. Certains pouvaient bien penser qu’elle se débrouillait, mais pour une étudiante spécialisée en dance, son niveau était catastrophique. D’ailleurs nombreux étaient ceux qui pensait que la jeune femme ne pratiquait que le chant. La jeune japonais ne s’était intéressé jusqu’à son entrée à mangyo, qu’au chant. Plus qu’une passion, la jeune femme bien que terre à terre n’avait qu’un rêve, monter sur scène au moins une fois dans sa vie. Cependant, il lui fallait suivre deux matières et la dance c’était révélé être le meilleur choix qu’elle puisse faire, l’art qui lui ouvrirait le plus de portes aux côtés du chant. Augmentant le son de la chaîne hifi, la jeune nipponne changea le morceau actuel pour un son plus neuf. Tendant son bras vers son sac de sport, elle y saisissait une casquette qu’elle posa délicatement sur sa tête tout en riant, seule. Cela ne ressemblait tellement pas à la jeune femme maladroite qu’elle était. La danse avait cette avantage de faire ressortir le dynamisme et la joie de la jeune asiatique et ce même si elle ne faisait que, se tromper. Elle s’amusait, grimaçait et jouait de son corps. Pourtant elle aimait le chant plus que tout, mais cela était différent autant dans la maîtrise que dans la pratique, sa concentration n’était pas la même, l’expression de son visage non plus et le partage des émotions complétement différent. Jetant un coup d’œil à l’horloge qui lui faisait face elle lâcha une injure avant d’étreindre le poste radio et de tasser ses affaires dans son sac à dos. Elle ne serait jamais à l’heure à son cour de danse, surtout qu’elle devait se doucher avant d’y aller. Stupide me diriez-vous ? Pas pour elle, la jeune femme partait du principe qu’elle devait prendre un douche après chaque effort physique soit dès qu’elle transpirait ce qui lui revenait à une moyenne de trois à quatre douches par jour. Courant à travers les couloirs afin de rejoindre son dortoir, la jeune femme souffla d’exabération.. Saluant d’un geste de la main sa partenaire de dortoir, nana se rua dans la salle de bain, se déshabillant en deux temps trois mouvements avant de sauter dans la cabine de douche.

Il ne lui fallut pas plus d’une dizaine de minutes pour se doucher, et se sentir de nouveau fraîche. Quittant la salle de bain, elle ouvrit à la volée son placard fouillant nerveusement celui-ci à la recherche d’une tenue convenable. Oui, elle ne pouvait se permettre de revêtir son baggy lors des cours, de un parce que cela n’était pas hygiénique et que cette tenue était bien trop masculine et de deux parce qu’elle ne savait pas en quoi consisterait le cours aujourd’hui. Saisissant un short moulant noir ainsi qu’une nouvelle brassière, la jeune femme fit tomber sa serviette au sol afin d’enfiler le tout. Son regard se posant instinctivement sur son réveil, l’étudiante lâcha un hoquet d’étonnement. Elle était déjà en retard de cinq minutes. Une serviette propre sur l’épaule, elle quitta les lieux sans prendre le temps de s’attacher les cheveux. La jeune nippone avait toujours détesté se faire attendre, trop respectueuse d’autrui pour cela, ce pourquoi elle accéléra le pas. Il ne s’agissait pas de n’importe quel cour, park kyu min se sacrifiait pour elle et ce sans aucune raison. Cette homme l’intriguait beaucoup plus que cela n’aurait dû être le cas. En fait même si initialement, les cours du jeune homme avaient pour but de la faire progresser en dance, cela faisait à présent quelque semaine qu’elle n’y allait que dans le but de le voir. Elle désirait le voir, même si il ne parlait pas beaucoup, se montrer légèrement froid et ne parlait jamais de lui, la jeune nipponne voulait passer du temps à ses côtés. C’était complexe d’expliquer ce qu’elle pouvait ressentir pour le jeune homme mais dans tous les cas elle se sentait redevable. Pénétrant dans la salle d’entraînement, la jeune femme scruta celle-ci, ne tardant pas à remarquer la présence du jeune homme près de la chaine hifi. « Je te pries de m’excuser pour mon retard. » Une petite grimace de gêne se dessinant sur ses lèvres, la jeune asiatique se dirigea vers son professeur, s’approchant délicatement de celui-ci afin de venir poser ses petites lèvres sur la joue droite de celui-ci. Cela n’avait rien d’un geste déplacé, encore moins ambigus pour la japonaise. Une simple coutume enseignée par ses grands-parents vivant en France, une manière plus amicale de saluer autrui. Passant une main dans ses cheveux, elle adressa un doux sourire à l’étudiant. « Quel est le programme aujourd’hui ? Sur quelle musique vais-je m’entraîner ? » Elle était curieuse mais surtout particulièrement excitée de savoir ce que lui avait réservé son camarade. Puis si elle parlait soudainement autant c’était pour oublier le doux parfum de son professeur, qu’elle avait ressentis en l’embrassant.

(¯`•._.• •._.•´¯)(¯`•¸•´¯) ❤`•.¸¸.•´´¯`••.¸¸.•´¯`•.•●•۰• ••.•´¯`•.•• ••.•´¯`•.••

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Park Kyu Min
avatar
Messages : 96

Sam 15 Sep - 12:49

C'était dans cette salle vide ornée de miroir que j'étais resté un long moment en attendant que le temps passe. Les minutes paraissaient plus longues qu'elles n'y étaient réellement avec une impression que le temps n'avançait plus et que la grande aiguille de l'horloge était resté sur le trois pendant des heures et des heures alors que la grande ne bougeait pas d'un pouce non plus. Rester dans cette salle me rendait quelque peu nostalgique parce que je repensais à moi auparavant et je faisais cette comparaison avec le Kyu Min que tout le monde connaissait à l'heure qu'il était. Ce garçon qui a vu son rêve se détruire à cause d'un stupide accident donc la possibilité pour l'éviter était de 99,9999999999%. Pourtant ce stupide garçon a foncé à grande vitesse et ça a été un grand choc quand on lui a appris que la danse lui serait interdite. Ce Park Kyu Min est un idiot, pourtant personne ne peut le changer. Je fixais le miroir en attendant que le temps passe ne trouvant nulle part l'envie d'aller en cours ou quoique ce soit d'autres, pourtant je savais que ceux de la section art spécialisé en danse finiraient par se ramener en m'éjectant de la salle ou presque mais je ne bougeais pas et je regardais ce reflet dans le miroir, ce reflet qui se la jouait dur, fort et insensible. Ce reflet qui donnait l'impression de se foutre de tout et de ne penser qu'à son propre bien. Ce reflet qui rejetait de mauvaises ondes, des ondes négatives en quelque sorte. Les mains se dirigeant lentement vers le torse, les laissant glisser jusqu'au bas du ventre , déplaçant la jambe rapidement en lui faisant faire un demi-cercle pour la faire revenir vers l'intérieur. Je savais que ce bref mouvement n'était pas quelque chose de difficile, que tout le monde était capable d'y arriver quelles que soient les techniques utilisées ou simplement en regardant une personne le pratiquer. Pourtant si je faisais autre chose que ce mouvement basique, j'allais souffrir, j'allais tomber, j'allais perdre le seul espoir qui me restait, l'espoir de pourvoir un jour , re danser normalement devant une centaine de personnes ou m'entraîner passionnément sur le sujet avec cette envie de toujours en apprendre plus. Oui moi, Park Kyu Min ne vit que pour cette passion et s'il s'avérait que c'était vraiment la fin de celle-ci , jamais je ne réussirais à vivre comme tel puisque danser est ma seule source de vie, bien plus importante que l'air respirable. Pourtant la vie n'était pas faite que de danse, d'art et de passion. Tout n'était pas toujours tout beau et tout rose et les problèmes finissaient toujours par arriver que ce soit n'importe quand et n'importe comment, ce pour n'importe quoi. Parfois ça n'enlève qu'un petit rien du tout et des fois notre façon d'être en prend un coup. J'ai perdu ma mère très jeune et j'avais déjà commencé à changer, mais le fait de plus pouvoir m'exercer à ce sport ou plutôt cet art qu'est la danse, ça m'a rendu malade, ça m'a rongé intérieurement quitte à dire que je ne supportais plus les malheurs de la vie. Tout le monde y croit pourtant, au Kyu Min chiant et se fout de tout, c'est la simple opinion des autres. Aussi bien les élèves de Mangyo et que les personnes extérieures qui me connaissent. Personne ne savait ce que je ressentais au fond et ce que je voulais réellement, et tout le monde traçait sa route en ne pensant de moi uniquement le fait que j'étais un connard tout bêtement.

C'est la porte de la salle qui m'a sorti de mes pensées un court instant alors qu'une dizaine d'élèves s'apprêtaient à entrer en me lançant quelques regards intrigués en se demandant presque tous ce que je foutais là, dans la salle alors qu'ils pensaient presque tous que je n'étais pas doué en danse ni même en quoi que ce soit d'autre d'ailleurs. Si ce n'est qu'utilisé mes poings mais c'est un autre sujet ça encore. Donc je leur ai laissé la salle par obligation -sinon je serais resté là évidemment. Parce que même si j'aimais désobéir aux règles et n'en faire qu'à ma tête, j'avais quand même une certaine limite mais aussi un objectif. Celui-ci étant de rester le plus possible à l'université, je me devais d'avoir un comportement presque exemplaire entre les murs de l'école et de faire bonne figure même s'il m'arrive parfois d'être désagréable, surtout lorsque je croise les autres en dehors des cours. Si on m'énerve, on m'énerve et ça foire un peu la suite. Bref, j'ai attendu un long moment à la cafétéria en attendant que le cours se finisse en sirotant un café tout en réfléchissant à ce que j'allais faire de Nana, la jeune japonaise que j'entraînais depuis un long moment déjà, quelques mois du moins. Je m'étais dit que lorsque je serais capable de bouger correctement je lui apprendrais peut-être les danses duos mais je savais qu'elle ne maîtrisait pas encore assez la danse solo pour ça, je savais qu'elle n'en serait pas capable sans connaître les grandes bases. J'allais me contenter de lui faire danser une musique des plus appréciée dans le monde musical américain, tout le monde la connaît. Adele. Set fire To the rain. Ça ne se dansait pas facilement et c'était une bonne chose pour une fois de lui faire faire quelque chose de plus complexe. Je l'aimais bien cette nana, elle était gentille et persévérante. Elle souriait beaucoup ayant presque l'air idiote mais au fond elle ne l'était pas tant que ça. Elle apprenait assez vite pour quelqu'un aussi nulle qu'elle en danse. Je pensais qu'elle avait juste besoin de quelqu'un qui ne se consacre qu'à elle, qui la regarde dans les moindres détails et crie sur elle si ça ne va pas et donc que de travailler avec un groupe de vingt personnes en classe ne lui correspondait pas vraiment. Elle avait juste besoin qu'on ne remarque qu'elle, qu'on la fixe et lui montre ses erreurs. C'est ça que Nana ne trouvait pas dans les cours de son professeur de danse habituel , normal. C'était le manque d'attention qu'il lui apportait et ce certainement parce qu'il la trouvait pas géniale sur le niveau.

Au final la salle s'est libérée et je suis donc reparti à l'intérieur en attendant la demoiselle quelque peu impatiemment. Je ne savais pas si j'avais trouvé un quelconque intérêt sur le fait d'enseigner ma passion ou si c'était la jeune fille qui me donnait envie de lui apprendre certaines choses mais dans tous les cas, j'avais hâte de voir son joli visage passer la porte. Cinq minutes de retard .. c'est à ce moment-là qu'elle est arrivée en s’excusant de son arrivée tardive avant qu'elle ne vienne poser ses douces lèvres sur ma joue. C'était une chose peu courante dans ce pays, ce qui esquissa une expression de surprise sur mon visage qui disparut bien assez tôt. Celle-ci m'a demandé ce qu'elle allait faire aujourd'hui, et surtout sur quelle chanson allait-elle travailler ses mouvements. Je lui ai répondu un simple : «La prochaine fois que tu seras en retard , ne serait-ce qu'une seule seconde tu te débrouilleras seule. Donc viens en avance la prochaine fois , je ne tolérerais pas d'attendre ici une seconde fois alors que je pourrais très bien faire autre chose.» Va savoir pourquoi je lui ai parlé aussi froidement. C'était dans mes habitudes d'être comme ça donc j'espérais franchement qu'elle s'y habituait même un peu. Pour être honnête avec moi-même , je me fichais pas mal de son retard ou non puisque réellement, je n'avais rien à faire du tout mais voilà .. les mots sortent parfois tout seul sans réellement que j'en sache la raison. C'était le cas cette fois.«Mais je laisse passer pour cette fois-ci. Donc , tu t'es améliorée sur la danse que tu as faite la dernière fois ?» Le titre de la chanson ? Il n'y en avait pas vraiment. C'était des chansons que j'avais téléchargées illégalement sur internet il y a quelques années de cela, dont tous les titres étaient du hip-hop , sans paroles ni rap mis en avant dessus. C'était une meilleure façon pour en apprendre plus sur la musique et trouver un bon rythme. «Entraînes-toi encore la prochaine fois, on y reviendra bientôt. Pour le moment on va passer à autre chose puisque, pour être une bonne danseuse tu dois connaître plusieurs styles et dans ce cas-là tu peux facilement être reconnue en tant que bonne danseuse. Donc crois-moi, tu as du chemin à faire jusque-là.» Froid, froid et encore froid. Pourtant elle devait se douter que je ne lui mentais pas. Je savais danser énormément de style différent -en sachant que j'ai toujours aimé la danse quel que soit le style, je n'ai toujours fait que ça- que ce soit hip-hop , break danse, pop et même des styles moins intéressants du point de vue masculin je savais toujours trouver quelque chose à faire qui reste correct.«Toi qui aimes la chanson, tu dois connaître Adele n'est ce pas ? Donc, cette fois-ci c'est sur ça que tu vas danser, «Set fire To the rain» est son titre.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jung Nana
avatar
Age du personnage : 25
Matières : musique/chant, dance & psychologie
Messages : 70

Mar 25 Sep - 19:23

Il n’était pas aisé de se rendre compte et d’accepter que le cursus que nous avions choisis ne nous correspondait pas. Il lui avait fallu un certain temps avant de réaliser que la dance n’était pas un art qui lui correspondait et ce, quoi qu’elle fasse. L’asiatique s’entraînait, beaucoup plus que pour le chant pourtant son niveau n’évoluait guère, stagnant sans cesse à un niveau médiocre voir pitoyable. Pourtant sa dance n’était pas mauvaise, elle possédait les bases nécessaires cependant le sens du rythme ne lui était guère donné, c’était à croire que l’étudiante possédait deux pieds gauches. Comment ne pas avoir le rythme lorsque l’on chantait aussi bien ? C’était la question que se posaient la majorité si ce n’est l’intégralité de ses enseignants. Cela n’avait rien de logique, elle chantait trop bien pour ne pas savoir calquer ses pas sur une rythme quelconque. On lui avait conseillé de danser sur ses propres chansons, l’assurant que cela ne pourrait que l’aider mais encore ce n’était pas le cas. A chaque fois qu’elle chantait, la jeune fois se voyait obligé de s’arrêter se concentrant pleinement sur son chant. C’était un peu comme aimer un fruit très savoureux et ne pouvoir goûter un fruit savoureux dans la mesure où l’on avait déjà un fruit qui nous satisfaisait. C’était inconscient certes mais il lui fallait apprendre à calquer sa voix sur ses pas, si jamais elle souhaitait faire carrière dans le milieu musical, il y avait plus de quatre-vingt-dix pourcent de chance que l’on lui demande des compétences en danse, chose qu’elle ne possédait pas. Nana s’était blessée à maintes reprises, d’ailleurs ses jambes en portaient encore les marques. Bleues, éraflures, bosse, ses petits mollets étaient relativement abîmés mais cela ne l’empêchait en rien de continuer. Le désir de prouver à autrui qu’elle n’était pas une bonne à rien était bien plus fort que ne pourrait l’être la fatigue et la douleur. Les critiques et les moqueries d’autrui n’étaient que très difficilement supportable, passer pour la chanteuse incapable de bouger sur scène était rabaissant. La jeune femme avait rencontré plusieurs personnes passionnées par la danse comme elle l’était par le chant et avait rapidement découvert que les deux domaines n’étaient pas si différents qu’elle se l’imaginait. Ce qui l’avait particulièrement motivé était sa rencontre avec une petite fille passionnée par la danse mais qui ne pouvait point la pratiquer suite à une maladie génétique lui empêchant de se servir de ses membres inférieurs, celle-ci ne pouvait se mouvoir qu’en fauteuil roulant. Elle avait réalisé la chance qu’elle avait de pouvoir marcher, de pouvoir sauter mais surtout de pouvoir danser. Promettre à l’enfant de devenir une grande star n’était qu’une façon de se pousser à réussir, qu’une manière de s’obliger à s’améliorer. Car la japonaise comptait bel et bien devenir une grande personnalité mais pour cela elle ne devait pas se concentrer simplement sur le chant mais aussi sur le théâtre et la danse, deux catégories extrêmement importantes lors des auditions. Elle avait auparavant fait les frais. Accepter au premier tour lors des auditions de chants, la jeune femme s’était vu recalé lors de l’épreuve de danse. S’apitoyer sur son sort n’avait jamais été dans sa nature, d’ailleurs il était bien rare de la voir pleurer pour un rien, bien sûr elle avait cette fâcheuse manie de ne pas se cacher lorsque cela n’allait pas et ne le crier haut et fort mais encore une fois cela était extrêmement rare. Nana possédait cette joie de vivre que peu de personnes se permettaient d’avoir, le sourire qu’elle avait dessiné ne la quittait pratiquement jamais, cela pouvait même en devenir énervant. Elle faisait partis de ces jeunes femmes constamment de bonne humeur et ce, même le matin. Elle en subissait souvent les conséquences, être de bonne humeur n’avait pas toujours de bons côtés, on lui reprochait souvent de sourire lorsque autrui allait mal, de rire lorsqu’une personne était en colère ou de se montrer agréable avec des inconnus. Cela était mal vu, mais pour elle, il s’agissait d’une chose tout bonnement naturelle. La jeune japonaise avait toujours préféré sourire même lorsqu’autrui n’allait pas bien, c’était une manière de montrer son soutien, à quoi bon tirer la gueule et paraître triste si ce n’est enfoncé plus ses proches ? Son petit sourire était communicatif et il n’était pas rare que ses amies se mettent à rire et pleurer en même temps face aux idioties de l’étudiante.

L’accueil du coréen fut comme une claque en plein visage, il était froid et intolérant. Il ne supportait pas le retard, elle le concevait mais n’avait jamais conçus que l’on puisse s’adresser à autrui de la sorte. Froidement et irrespectueusement, elle en frémit et le temps d’un instant sa bonne humeur s’évapora. Elle qui voulait tant le voir, la voici qui ne rêvait que d’une chose : s’enfuir. Après tout elle ne savait rien de lui, le simple fait qu’il lui accorde du temps la ravissait, ce pourquoi elle ne rechigna pas s’inclinant légèrement afin de lui montrer son pardon. L’étudiant avait toujours prôné le respect et bien qu’il soit un étudiant aussi banal qu’elle, dans ce cour il s’agissait de son professeur et elle ne comptait pas oublier cela. Elle ne comprenait pas réellement que l’on puisse s’énerver pour cinq minutes de retard surtout lorsqu’il était clairement visible qu’elle s’était dépêché afin de le rejoindre. Plissant les yeux, elle se mordilla la lèvre inférieure, gênée. «Mais je laisse passer pour cette fois-ci. Donc , tu t'es améliorée sur la danse que tu as fait la dernière fois ?» Elle s’en souvenait parfaitement pour la simple et bonne raison qu’elle avait passé plus de deux semaines à la répéter deux heures par jour, quitte à ne dormir que quatre par nuit, car elle possédait de nombreux devoirs à côté de ses heures de cours et que l’accumulation de toutes ces choses-là rendait relativement overbookée. Cela dit elle se complaisait dans cette vie, elle aimait ne pas avoir matière à s’ennuyer. Elle ne répondit cependant pas à l’asiatique préférant attendre qu’il soit moins froid pour lui montrer qu’elle avait correctement mémorisé la précédente chorégraphie. Cela n’était point dans son intérêt de le lui dire maintenant, sa mauvaise humeur le ferait sûrement lui dire qu’elle n’avait fait aucun progrès. «Entraînes-toi encore la prochaine fois, on y reviendra bientôt. Pour le moment on va passer à autre chose puisque, pour être une bonne danseuse tu dois connaître plusieurs styles et dans ce cas-là tu peux facilement être reconnue en tant que bonne danseuse. Donc crois-moi, tu as du chemin à faire jusque-là.» Il était extrêmement froid, à croire qu’elle lui avait fait quelque chose. Il la faisait douter sur son propre comportement, peut-être avait-elle mal agis sans s’en apercevoir. Bien qu’étrange, la japonaise se questionnait. Elle le savait particulièrement qu’elle avait du chemin à faire à quoi bon le lui répéter sans cesse ? Croisant les bras elle tourna la tête vers le miroir, refusant de le fixait préférant l’ignorer sans pour autant se montrer irrespectueuse afin qu’il n’entache pas à sa bonne humeur. Se fixant dans le miroir, la coréenne se sentit rougir découvrant sa tenue, tenue qu’elle n’avait pas pris le temps de vérifier avant de partir le rejoindre. Cela n’avait certes rien d’extraordinaire, un short moulant noir et une brassière tout aussi noire, cependant l’ensemble en lui-même la rendait que trop peu vêtue, sexy et peu vêtue. Détournant le regard du miroir, elle releva la tête vers son camarade tentant tant bien que mal de ne rien laisser paraître. «Toi qui aimes la chanson, tu dois connaître Adele n'est-ce pas ? Donc, cette fois-ci c'est sur ça que tu vas danser, «Set fire To the rain» est son titre.» Elle connaissait parfaitement cette chanson pour avoir obtenu une très bonne note grâce à celle-ci lors du précédent semestre. Une chanson qu’elle appréciait fortement et que son timbre de voix mariait à ravir cependant la simple idée de danser dessus l’effrayait. Elle allait la massacrer, littéralement. Se triturant les doigts, elle se déplaça face au miroir, s’échauffant légèrement avant de ne passer à l’effort physique. « Je n’ai jamais dansé sur ce style musical, il va falloir que tu me guides de A à Z. » Lui souriant délicatement, elle entrouvrit délicatement les lèvres.

I let it fall, my heart. And as it fell you rose to claim it. It was dark and i was over, until you kissed my lips and you saved me. My hand they were strong, but my knees were far too weak. To stand in your arm without falling to your feet […] But i set fire to the rain watched it pour as i touched your face […]

Elle avait chanté de sa voix douce, bien plus douce que la chanteuse ce qui la rendait beaucoup plus mignonne tout en laissant un aspect triste à la chanson. Une acapella qu’elle avait effectué tout en faisant des échauffements, histoire de ne pas faire perdre plus de temps à son professeur. Elle ne tenait pas particulièrement à se faire taper sur les doigts ou bien à le mettre encore plus de mauvaise humeur qu’il ne semblait déjà l’être. « Dis ? Tu m’aides à mettre toute l’émotion mise dans le chant dans la danse, j’aimerai beaucoup que mes pas soient aussi beau que l’émotion dévoilait par Adele lorsqu’elle chante. » Ses petits yeux enfantins, fixant le coréen, elle pencha la tête sur le côté guettant une quelconque réaction de sa part. Des fois il lui arrivait de songer au fait qu’il ne dansait jamais devant elle, il ne lui montrait même pas les pas qu’elle devait effectuer, se contentant tout bonnement de lui expliquer comme procéder. C’était relativement troublant, trop pour la jeune femme. Sa curiosité s’était jusque-là, tue. Mais elle se demandait comme il réagirait si elle lui demandait de lui montrer comment faire, s’énerverait-il ? S’approchant de l’asiatique, elle saisissait la main de celui-ci dans ses petites mains, encore une fois il s’agissait d’un geste tout à fait naturel en France et cela ne lui parut pas une seule seconde déplacé. « Et si tu me montrais au lieu de m’expliquer verbalement ? » Ses petits yeux de merlans frits posés sur l’asiatique, une petite moue suppliante se dessina sur sous doux visage, tandis qu’elle se faisait violence pour ne pas éclater de rire. « S’il te plait. » Allez kyu min, montres lui de quoi tu es capable, elle est si mignonne à te supplier.

(¯`•._.• •._.•´¯)(¯`•¸•´¯) ❤`•.¸¸.•´´¯`••.¸¸.•´¯`•.•●•۰• ••.•´¯`•.•• ••.•´¯`•.••

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Park Kyu Min
avatar
Messages : 96

Dim 30 Sep - 20:10

Quand mes pensées étaient centrées sur la danse, je ne faisais que m'énerver à longueur de temps. Même quand je pensais à autre chose à vrai dire. Frapper, parler froidement et remballer les autres était devenu une très mauvaise habitude chez moi et certains cherchaient même à éviter le garçon que j'étais. Je connaissais bien la source de toute cette violence, le pourquoi du comment j'agissais de la sorte même quand je voudrais faire autre chose. Je savais que la mort de ma mère m'avait rendu comme ça et que mon accident n'avait fait qu'empirer la chose. Je me doutais que si je vivais comme ça et que je continuais sur cette lancée les choses finiraient par se compliquer, si je devenais bien plus que le monstre que j'étais, c'est ma vie que je mettais en jeu, ou plutôt une grosse partie. La prison ? Je pensais que ce n'était pas parce que j'ai mis un ou deux coups à une personne que j'allais me retrouver derrière les barreaux à espérer que je puisse quitter cet enfer. En toute honnêteté je m'en fichais pas mal de mourir maintenant ou non, de passer vingt années ou plus dans une pièce moche et pourrie. Je voulais oublier ma passion, je voulais oublier cette chose qui m'avait tué intérieurement. Je ne voulais plus que ça me détruise et que ça me fasse devenir une personne horrible mais la musique est partout. Centre commercial , école, maison, voiture, rue .. Alors comment pourrais-je sortir cet art de ma tête ? Moi qui ai toujours rêvé de me trouver sur la scène devant un public qui me regarderait le regard ébahi, qui crierait «Kyu Min !» à haute voix pour m'encourager. Moi qui voulais que ma vie se passe comme je le prévoyais aux détails près. Peut-être n'aurais-je jamais dû acheter cette moto ? Peut-être que je pourrais toujours exercer l'objet de mes désirs si rien n'était arrivé ? Peut-être même que je serais sur une scène en train de danser , l'esprit libre sans mon père pour m'agacer. C'était ce genre de vie qui me faisait rêver, ce genre de choses qui me donnait envie de vivre et à la fois de me pendre. Je me demandais encore si un jour la danse pourrait refaire partie de ma vie. Jung Nana .. Cette demoiselle parvenait à me faire retrouver cette envie de me battre pour vivre mes rêves alors qu'au fond je me doutais que c'en était impossible. Son sourire, sa voix .. C'était sans doute les choses qui me plaisait le plus chez la jeune femme. Sa maladresse lorsqu'elle dansait, ses faux pas .. je voulais que tout disparaisse. Je ne voulais pas qu'elle finisse de la même manière que moi. Je voulais qu'elle croie en ses rêves jusqu'au bout sans jamais perdre le moindre espoir. Maintenant c'était à moi de l'aider sur sa lancée. De l'entraîner jusqu'au bout. Non je ne la lâcherais pas, jamais je ne la laisserais se décourager. Je lui couperais le souffle avant qu'elle n'ait l'occasion de donner son abandon. Jamais, au grand jamais je la laisserais faire une telle bêtise et c'était à moi de l'encourager jusqu'à la fin .. et me connaissant ce n'était pas chose aisée. Je ne souriais jamais et j'avais toujours cette manie d'être désagréable. Quand j'ai vu Nana danser dans cette salle la première fois, j'étais un peu moqueur mais maintenant je ne voulais plus que qui que ce soit ne se moque de son manque de talent. Je voulais qu'elle sache montrer de quoi elle était capable. Je voulais que cette chanteuse danse comme une déesse et qu'elle puisse montrer son talent aux autres. Je voulais qu'elle vive ses rêves et qu'elle croque la vie à pleine dent. Et pourtant, je n'étais pas le genre de garçon à voir les choses de cette façon. Je n'étais pas du genre à faire le bien des autres. Pourtant, cette fille a réussi à me toucher dans ses rêves, ses envies et aussi sa passion qu'est le chant. Quand je l'ai vue pleurer dans cette salle ce jour où les lumières étaient éteintes, j'avais eu ce pincement au coeur. Je ne savais pas qu'elle en était la raison mais j'étais mal pour elle alors j'ai volé à son secours et je lui ai tendu la main vers l'entraînement difficile, la fatigue, la ténacité, la passion, l'envie et surtout la danse. J'avais prévu de l'aider jusqu'au bout. Oui, moi, Park Kyu Min, ce garçon que tout le monde préfère éviter voyait une demoiselle en cachette pour l'aider à remuer son popotin à la perfection et également faire un jeu de jambe parfait. Tel était mon but présent. Jung Nana était juste cette petite chose qui me permettait de garder un lien avec la danse. Je ne la remercierai jamais assez -ou jamais tout court ..- pour ce qu'elle me permettait de vivre. J'étais content, oui, et pas qu'un peu.

J'avais réagi méchamment suite au retard de la Japonaise mais je ne pouvais pas m'empêcher de faire des commentaires un peu trop déplacés sur un peu tout. Le retard n'était pas quelque chose qui me dérangeait, au contraire puisque j'étais le premier à traîner au fond du lit et a arrivé en cours une heure en retard. Mais voilà .. quand j'avais l'occasion d'envoyer quelqu'un balader je ne laissais pas cette chance passée, je me sentais forcé de faire mon chiant en trouvant le petit détail .. la petite bête. Je lançais des pics à tout bout de champ. Certains se vexaient trop facilement et d'autres n'y prêtaient même plus attention. Évidemment, mes petites attaques méchantes n'échappait pas à la demoiselle que j'entraînais au moins une fois par semaine. Elle était même celle qui devait me supporter le plus par rapport aux autres, celle qui me voyait le plus souvent et des fois, quand je ne trouvais pas sa façon de faire parfaite je ne pouvais m'empêcher de lui dire de recommencer laissant le cours s'éterniser. Parfois on restait enfermer dans cette salle tard dans la nuit en marquant tout de même de courtes pauses quand Nana avait vraiment besoin de reposer ses jolies jambes suite à l'excès d'exercices. Ce jour-là était un peu différent. Je m'étais dit que si elle parvenait à faire ça correctement sans que ça ne soit parfait pour autant, je l'inviterais dans un restaurant .. le genre de restaurant chic, cher et où tout le monde souhaiterait y poser les pieds. Ce serait un peu comme ma façon de lui montrer que j'appréciais l'effort qu'elle faisait et que même si je paraissais dur vis-à-vis d'elle , il y avait une part de moi qui l'appréciais. Oui, parce que je n'étais pas du genre à ouvrir la bouche et à sortir bêtement «Hey ! T'sais quoi ? Je t'aime bien en fait !» Si un jour ces mots sortent de ma bouche, la raison serait que j'aurais simplement perdu la tête ou que j'aurais largement changé .. ou bien que je serais de très, très bonne humeur ce qui quelque part, m'étonnerait sérieusement. Autrefois, danser était la seule chose qui me permettait de sourire, de me relaxer et d'oublier. Maintenant je n'étais plus que Kyu Min, un simple garçon qui se plaignait de son sort et qui a vu son rêve se dégrader devant ses yeux suite à une connerie qu'il a faite. Je m'en voulais .. Oh oui comme je m'en voulais. Mais revenir en arrière était impossible, je n'étais plus qu'un simple garçon normal sans le moindre talent .. Ou plutôt sans autorisation de pouvoir montrer ce qu'il avait dans le ventre. Quand j'ai annoncé à la demoiselle sur quel style musical j'allais la faire travailler, elle s'est mise à s'échauffer comme avant chaque danse que je lui apprenais. Je n'ai pu empêcher mes yeux de se balader le long de son corps. Sa silhouette mince, ses cuisses taillées à la perfection , ses cheveux mi-longs retombant sur ses petites épaules. Le genre de demoiselle qu'on aimerait se taper au moins une fois dans sa vie, le genre de fille qui avait le don de te déconcentrer par un simple regard. Pourtant elle .. elle était si naturelle, gentille et n'avait pas l'air d'être comme toutes les jolies filles, à se la péter et chercher quelqu'un à draguer. Dommage j'ai envie de dire, ça ne m'aurait pas déplu de la rajouter à ma longue liste des coups d'un soir.

D'après elle, elle n'avait jamais dansé sur ce style de chanson et elle insista sur le fait que j'allais être contraint de la guider du début jusqu'à la fin. Elle n'était pas une grande danseuse donc c'était compréhensible qu'elle me parle de chose comme ça. Après tout ça ne faisait pas si longtemps que ça que je pouvais me considérer comme son professeur, celui qui la guidait à chaque pas et qui la réprimandait à chaque erreur. J'essayais pourtant de garder une part de gentillesse et de ne pas trop crier sur elle à longueur de temps mais voilà .. il fallait au moins que je le fasse une fois pour ne pas me trouver anormale. Quand Nana s'est mise à chanter la chanson sur laquelle elle allait se bouger, j'ai bien dû me retenir pour ne pas sourire. Si j'avais laissé les choses se dérouler normalement, j'aurais certainement souris mais là .. je n'ai même pas réussi et pourtant j'en avais très envie. J'avais envie de suivre sa voix par des pas et des mouvements de danse enchaîner à la perfection. J'avais envie de mettre en pratique mon talent qui pour moi était si fort, si grand. J'avais envie de me foutre de cette foutue jambe et de bouger mon corps dans cette grande salle. J'avais envie de fixer mon reflet dans le miroir et de me dire que je dansais toujours aussi bien malgré cette longue pause suite à mon coma et à mon état de santé. La jeune fille m'a demandé si je saurais l'aider à transmettre ses émotions à travers la danse comme elle était capable de le faire à travers le chant , sa voix douce et surtout son talent. Je n'ai pu m'empêcher de mordre doucement ma lèvre inférieure quand celle-ci m'a demandé si je voulais bien lui montrer comment faire .. c'était bien la première fois qu'elle me demandait de faire ça, c'était la première fois que je ne savais pas comme réagir face à elle. Je ne voulais pas lui dire que je n'en étais pas capable ni que je n'allais pas le faire de peur qu'elle pense que je suis bon à rien et que, en tant que professeur, je ne sois même pas capable de faire un simple mouvement de danse. J'avais peur de paraître pitoyable face à une fille qui n'était pas capable de danser sans se tromper .. qui ne savait pas danser tout court en fait -même si elle allait en s'améliorant. Le regard, la bouille qu'elle m'a faite n'a pu empêcher un hochement de tête de ma part. «Je veux bien te montrer. Mais ça n'arrivera pas souvent alors regarde bien.» dis-je avant de partir en direction de la chaîne hi-fi pour lancer la musique.

Je m'étais placé face au miroir et c'est après avoir lancé un petit regard à mon «élève» que je me suis concentré sur mes pas laissant apparaître sur mon visage l'expression que devaient avoir les personnes dansant sur du Adele, sur cette chanson. Un pas sur la gauche, les épaules se levant et se rebaissant, mes bras frôlant mon corps. C'est ainsi que j'avais commencé cette danse. À chaque mouvement j'avais de plus en plus mal mais l'expression que j'avais sur le visage ne montrait pas cette douleur. J'avais envie de sourire à pleines dents, de me dire que la vie était juste magnifique. Oui, j'aimais la danse plus que tout. Un mouvement parfait, puis un autre tout s'enchaînait l'un à la suite de l'autre jusqu'à ce que je m'écroule sur le sol laissant un cri de douleur passer la barrière de mes lèvres. J'avais mal , très mal. Je ne parvenais plus à bouger ma jambe qui semblait paralysée. Je la massais de mes deux mains en essayant de faire passer la douleur sans succès. Je n'ai même plus fait attention à la demoiselle qui se trouvait dans la même pièce que moi. «P*tain ! Fait ch*er ! Jambe de mes cou*lles ! Fallait vraiment que ça arrive !» J'étais là, mes joues se mouillant petit à petit. Ma jambe ne m'avait jamais faite autant souffrir. J'essayais de ne pas pleurer, ce n'était même pas la douleur qui me faisait pleurer de cette façon, non , c'était juste le fait d'avoir vu mon rêve se briser devant mes yeux pour la seconde fois. Je me suis tourné d'un coup vers la demoiselle, les yeux rouges et les joues humides. «Sors.» dis-je avant d'attraper le premier objet que j'avais vu qui n'était rien d'autre que mon téléphone avant de l'exploser contre le miroir face à moi. «Tu vas sortir oui ou m*rde ?!» avais-je hurlé sur la japonaise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♕Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas

feel so hot for honey out of all the girls up in the club

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mangyo University :: L'université :: Le gymnase, la piscine et les vestiaires-